Ausziehen aus der Immobilie

Vente aux enchères partielle dans une communauté d’héritiers : déroulement, coûts et dernier recours ?

Vente aux enchères partielle en communauté héréditaire – La vente aux enchères partielle est une variante particulière de la vente forcée et est utilisée lorsque plusieurs personnes sont propriétaires d’un bien. Il s’agit souvent d’un terrain ou d’un bien immobilier qui est vendu aux enchères et dont le produit est partagé entre les propriétaires. Cette situation se présente souvent dans les communautés d’héritiers dans la succession desquelles se trouve un bien immobilier ou un terrain. Dans une communauté héréditaire, les héritiers se partagent la propriété des biens de la succession. Chacun peut donc disposer de sa part, mais ne peut disposer de l’ensemble des biens qu’en accord avec les autres.

La vente aux enchères partielle pour les communautés d’héritiers

Les biens, tels que les biens immobiliers ou les terrains, sont souvent source de conflits dans les communautés d’héritiers. Les idées sur la manière de procéder avec les biens communs sont trop différentes et les participants ne parviennent pas à se mettre d’accord. Chaque héritier a le droit d’exiger à tout moment un partage de la communauté héréditaire et de forcer ainsi sa dissolution. Dans un tel cas, une vente aux enchères partielle peut être la dernière possibilité de régler les litiges et de dissoudre la communauté héréditaire. Vous trouverez ici des informations sur les points à prendre en compte lors d’un partage et d’une vente aux enchères.

En savoir plus sur les communautés d’héritiers!

Demande de vente aux enchères de partage – la forme correcte doit être respectée

Une vente aux enchères partielle est toujours précédée d’une procédure de demande. Cette demande peut être faite par chaque héritier d’une communauté héréditaire. D’un point de vue formel, il suffit d’une demande écrite qui doit être présentée au tribunal d’instance compétent. Cette demande doit toutefois être accompagnée de certains documents. Dans la première demande, il doit être prouvé sans aucun doute que le demandeur dispose d’une copropriété sur le bien immobilier à vendre aux enchères. Le document adéquat est un extrait du registre foncier datant de moins de six mois. Une fois la demande reçue, elle est examinée par le tribunal d’instance et les étapes suivantes sont mises en œuvre.

Vente aux enchères de partage & communauté d’héritiers – vidéo

La procédure – étape par étape vers la vente aux enchères partielle

Le déroulement d’une vente aux enchères partielles commence déjà par la demande que l’un des héritiers d’une communauté héréditaire doit déposer auprès du tribunal d’instance. D’autres étapes suivent ensuite pour que la vente aux enchères partielles se déroule en toute légalité.

L’expertise – évaluer la valeur du bien immobilier

Une vente aux enchères partielle nécessite une expertise de la valeur du bien immobilier ou du terrain. Le tribunal en a besoin pour pouvoir fixer l’offre la plus basse pour la vente aux enchères par partage. Une telle expertise peut être obtenue de trois manières différentes. Le demandeur peut demander une expertise privée, mais l’ensemble de la communauté héréditaire doit approuver cette démarche. Une autre solution consiste à demander une expertise au tribunal. Souvent, il existe déjà une expertise de valeur. Tant que celui-ci ne date pas de plus de quelques semaines ou mois, il peut également être utilisé.

L’offre minimale – déterminée par le tribunal

Avant la vente aux enchères partielle, le tribunal fixe ce que l’on appelle l’offre la plus basse afin de garantir que le produit de la vente aux enchères partielle puisse couvrir les frais de procédure et tous les droits des héritiers. Une fois celle-ci déterminée, ni la valeur vénale ni le prix d’achat du bien immobilier ou du terrain ne sont déterminants et l’enchère la plus basse est considérée comme une valeur fictive. Elle se compose des droits, des charges et des montants minimaux en espèces. La personne qui acquiert le bien immobilier ou le terrain lors de la vente aux enchères par partage assume tous les droits et charges en plus du bien et devient donc acheteur et débiteur.

La vente aux enchères – l’offre la plus élevée remporte l’adjudication

Une fois l’offre la plus basse déterminée par le tribunal, une date peut être fixée pour la vente aux enchères partielle. Ensuite, la vente aux enchères partielle du bien immobilier ou du terrain doit être publiée dans les journaux et sur Internet afin de susciter l’intérêt pour le bien. Il est également possible d’organiser des visites en accord avec la communauté des héritiers. Le jour de la vente, toutes les personnes intéressées peuvent faire des offres dans un délai fixé à l’avance. L’offre la plus élevée remporte l’adjudication du bien immobilier et la communauté héréditaire peut se séparer.

La durée – variable selon les cas

La durée d’une vente aux enchères par partage varie selon les cas. Elle dépend en particulier du temps nécessaire à l’établissement de l’expertise et du temps nécessaire au traitement de la demande. Le seul moyen pour le demandeur de réduire cette durée est de disposer d’une expertise de valeur dès le dépôt de la demande et d’obtenir l’accord du tribunal pour l’utiliser.

Le paiement – la liquidation de la communauté héréditaire

La communauté héréditaire ne se dissout avec succès que lorsque le produit de la vente a été réparti avec succès. Là encore, des litiges peuvent survenir. Si le défunt n’a pas prévu la répartition par testament, ce sont généralement les parts d’héritage légales qui s’appliquent. Si les héritiers ne sont pas d’accord, une action civile peut être intentée. Le produit de la vente aux enchères du partage est déposé auprès du tribunal d’instance et n’est versé qu’une fois qu’un accord écrit sur la répartition entre les héritiers a été trouvé.

Les coûts – à combien s’élèvent-ils et qui les supporte ?

Une vente aux enchères partielle entraîne certains frais. Il s’agit notamment des frais de demande, des frais de procédure, des frais d’expertise, des frais d’avocat et des frais d’annonces dans les journaux et sur Internet. Tous ces frais sont liés à la décision du tribunal d’ordonner une vente aux enchères partielle. Les frais d’information des cohéritiers font partie des frais de la demande. En règle générale, les frais de procédure doivent être payés à titre d’avance. La question de savoir qui supporte les frais d’une vente aux enchères partielle dépend de l’issue de la vente. Si celle-ci est un succès, tous les frais sont déduits du produit de la vente et chaque héritier participe donc aux frais de manière égale. En revanche, si la vente aux enchères n’aboutit pas, le demandeur supporte seul les frais et la communauté héréditaire continue d’exister.

Les alternatives – vente privée ou vente aux enchères volontaire

La vente aux enchères partielle comporte certains risques qui doivent être bien étudiés au préalable. Le bien immobilier pourrait être vendu à un prix inférieur à sa valeur et entraîner de faibles bénéfices pour les héritiers. Il existe quelques alternatives qui permettent d’éviter ces risques. Le bien immobilier peut être vendu de manière privée, ce qui permet d’économiser les frais de demande, de procédure et d’avocat. De plus, les héritiers peuvent choisir eux-mêmes l’acheteur et s’assurer ainsi que le bien immobilier n’est pas vendu à perte.

Une autre alternative est la vente aux enchères volontaire. La communauté des héritiers peut s’adresser à un commissaire-priseur public qui organise et réalise une vente aux enchères. L’avantage pour les héritiers réside ici dans le fait qu’ils peuvent déterminer eux-mêmes l’offre minimale et qu’il n’y a donc pas de risque de vente aux enchères à perte. Dans les deux cas, la communauté des héritiers doit toutefois approuver la vente du bien immobilier à l’unanimité.

Les questions les plus importantes sur le thème de la vente aux enchères partielle dans les communautés d’héritiers

Une vente aux enchères partielle peut résoudre les litiges au sein d’une communauté d’héritiers, mais elle peut aussi raviver les querelles. Pour éviter les erreurs et gagner du temps, il est important de faire les bons choix. Les experts de Lukinski répondent pour vous en détail aux questions les plus importantes concernant la vente aux enchères partielle.

Pourquoi une vente aux enchères partielle ?

Une vente aux enchères partielle peut mettre fin à de longues querelles, en particulier dans les communautés d’héritiers, et aboutir à un résultat avec lequel tous les héritiers sont d’accord. La vente aux enchères partielle offre en outre un dernier recours si aucun accord ne peut être trouvé.

Que signifie « aux fins de la dissolution de la communauté » ?

La vente aux enchères de partage a pour but de dissoudre la communauté afin de générer une contre-valeur monétaire divisible à partir d’un bien indivisible, tel qu’un terrain ou un bien immobilier.

Qu’est-ce qu’une vente aux enchères partielle d’une maison ?

Une vente aux enchères partielle est organisée lorsque plusieurs personnes sont copropriétaires d’un bien immobilier. La vente aux enchères partielle transforme un bien indivisible en une somme d’argent divisible qui peut être répartie entre les propriétaires.

Que signifie le § 1010 du Code civil allemand ?

Les copropriétaires d’un bien immobilier peuvent, conformément à l’article 1010 du Code civil allemand (BGB), prendre des dispositions concernant l’administration ou l’utilisation d’un bien immobilier ou exclure le droit de demander la dissolution de la communauté.

Que signifiait ZVG ?

L’abréviation ZVG signifie « loi sur la vente forcée ». Celle-ci régit aussi bien la vente forcée que l’administration forcée.

How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

No votes so far! Be the first to rate this post.